Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quand on veut, on peut, cette phrase me fait horreur.
Une américaine sort major, de sa promo au lycée, bravo à toi jeune fille.
A la remise des prix, elle avoue être SDF…
Et en avant les poncifs, courage, abnégation et le connard des connards : quand on veut, on peut, sont de sortie.

Ma position, sur le fameux quand on veut, on peut 
Chaque être humain a un potentiel.
Ce potentiel est plus ou moins facile à exploiter selon : 
- ton rang social
- ta naissance géographique
Emilienne et son adresse Facebook a des possibilités.
Sans argent, ses parents lui font repiquer le riz. 
A
 12 ans, elle arrête l’école.
Emilie est une fusée intellectuelle.
Sans appui et malgré un DESS de littérature française, mention très bien, elle plante le riz aussi.
Ce sont des exemples exotiques.
Deux exemples de chez nous, sociétés civilisées :
- tous les enfants sont passionnés de foot, seront ils, les prochains Zidane ou Messi 
-
êtes-vous devenu la personne, qui était en poster dans votre chambre 
Pourtant, quand on veut, on peut .

Quand on veut, on peut, cette phrase est employée n’importe comment.
Elle permet de cacher nos insuffisances.
Je pense même, qu’elle est parfois créée de toutes pièces, pour calmer les masses.
Djamel Debouzze a un bon talent de réparties.
Il n'est pas au niveau de son degré de médiatisation et d'idolâtrie…

Zidane est encensé.
Il a pourtant, au cours de sa carrière, de sacrés couacs, qui auraient pu, ne pas être pardonnés…
La médiocrité de nos institutions a besoins de ces figures, créées artificiellement.
Le peuple a besoin de rêver, pour s'assoupir... Au profit de combines politiques douteuses.


Quand on veut, on peut 
Non.
Mais s’il y a : 
- du travail pour tous
- des logements pour tous
La masse sera contentée, hormis les 3 % d’irréductible… Nécessaire à la société…
quandonveutonpeutb.jpg

Tag(s) : #Opinions
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :