Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Parfois en voyage, on fait des rencontres lourdes…
L’avantage, tenu par rien… On peut les éviter…
Sauf, comme de partout, quand c’est dans un village…
Manompanna, on y reste un peu avec Emilienne.

U
n soir, on voit débarquer un papy.
I
l vient aider une ONG, dans du soutien scolaire aux enfants, du CP à la Terminale.
Il a besoin de parler, je comprends ça.
Il a besoin d’être chiant, c’est insupportable.
C’est monsieur colon par excellence.
Pour lui, les africains sont comme les notes de musique, un blanc vaut deux noirs… Et même plus…
Ils ne connait de l'Afrique, que les repas avec les gouverneurs... Selon ses souvenirs embrumés... Les dates et la géographie de ses pensées ne collent pas...

Emilienne boude.
Elle ne sent pas le mec, qu’elle appelle le général…
Elle le déteste, car les serveuses se sont plaintes à elle, de quelques demandent et attouchements inappropriés.
J’évite le contact, mais culturellement, il m’a à la bonne.
Le lendemain, je souris en rencontrant ses collègues d’ONG…
Ils l’ont aperçu 10 mn et déjà, il est au centre de la discussion… Défavorablement… Ils n'imaginent pas passer, trois mois avec lui.
Au bout de 2 jours, comme nous, il connaît tout le village.
Que ce soit, vazahas à la retraite, travailleurs, malgaches, tout le monde en à ras la casquette de ce mec…
Au repas de midi, il s’invite à notre table…
Il aborde un sujet… Je craque, il part de notre table colère…
Emilienne, les clients, les serveuses rigolent…
L’après midi, mon intervention a fait le tour du village.
On me salut, on m'en parle, tous vont me copier…
J’apprends par des commerçants, qu’il laisse déjà deux, trois ardoises…
Il marchande les bananes flambées, vendues par les enfants, 200 ariarys, 0,08 cts d'€.
Le milliardaire n’aurait il pas un sous
15 jours après mon retour, une urgence médicale, le fait rapatrier en France, au grand soulagement de tous… Exit le Tartarin de Manompanna...
Il y a comme ça des gens, qui se pensent aux bons temps des colonies avec conviction, une race supérieure qui peut soumettre une autre race… C’est monstrueux…
Les malgaches non plus ne supportent pas.
L'éducation et l'obligation d'accueil, les empêchent de couiner...

A Tamatave, ou habite Emilienne, son amie habite en bord de route, dans la même cour qu’Emilienne.
Elle fait épicerie, repas, laverie, repassage, un peu de tout…
Je suis dans le salon d’Emilienne.
Elle arrive toute contente.
Pieeerreee, j’ai des copains vazahas, ils veulent parler avec toi.
Je vois arriver deux caricatures d’aventuriers businessmen.
Qu’est ce qu’un aventurier businessmen
C’est un RMIste qui fourmille d’idées mais ne peut les réaliser, car il n’a pas l’argent...
Il n'a pas compris, que tout le monde a des idées, que c'est le financement qui est important... Au pire, il est préférable d'avoir l'argent que l'idée ...
Mes loustiques rentrent bruyamment chez Emilienne.
Ils s’assoient dans le fauteuil, avant que j’ai eu le temps de les en inviter…
Emilienne, toujours affable devant des étrangers, va acheter des bières, c’est la maîtresse de maison…
J’apprends, qu’ils sont sur des plans secrets, qui devraient amener la fortune.
En attendant, ils sont raides.
Doucement ils annoncent : on attend un versement de la Western Union.
Elle est fermée pour une semaine…
Si tu peux nous dépanner, on rembourse le tout avec intérêts, dès lundi dans 4 jours…
Emilienne, me fait des grands signes en mimant :
Pieeerreee, ne donne rien, ce sont des escrocs.
Je la clin d’œil, ça la rassure…
Je réponds, whaou, moi pareil, j’attends la Western Union et je n’ai pas de tune
On blablatte encore un peu et ils partent...
Emilienne rigole, mais rigole.
Pieeerreee, ce sont des vazahas pas d’argent, j’ai eu peur que tu te fasses avoir…
Son
amie qui les héberge et nourris prend peur … Ils me doivent des sous

A Madagascar, on rencontre des petites frappes, escrocs bas de gamme, qui vivent du RMI en rêvant de business underground, en exploitant plus pauvres qu’eux…
Les malgaches aident, par un double effets pervers :
- réminiscence culturelle de la colonie qui existe encore
- rêve d’une vie meilleure, en écoutant les sornettes romantiques du vazahas…

Le soir même, quand les deux escrocs arrivent, maman Claudio dit : vous payez ou vous vous barrez…
Les hommes du lotissement les entourent, pour solde de tout compte…
Ils leur restaient des ariarys pour les bières, les putes et le chichon...


Emilienne a le cœur sur la main mais ne supporte pas qu’un blanc soit pauvre… Enfin plus pauvre qu’elle…
Elle rigole en lançant : ce sont des vazahas pas d’argent et ce n’est pas bon…
En voyage, on en rencontre.
Les circonstances imposent parfois, de les supporter trop longtemps...

Le quartier d'Emilienne est squatté par les desperados rebuts de l'Europe...
Emilienne, par son travail acharné, fait partie de la classe moyenne malgache...
Elle et ses amies rencontrent, presque égalitairement mais quand même en dessous, nos rebuts...
C'est le concept de la mondialisation, dans son horreur...
Le RMI est le salaire d'un ingénieur malgache confirmé et 3 fois le salaire d'un prof...

Allez maman Claudio, un jour ton prince viendra...
A Madagascar, on appelle les parents par le prénom du premier enfant...
Emilienne c'est maman Jenny, sa copine, je ne la connais que par : maman Claudio…
mamanclaudio1.jpgmamanclaudio2.jpgmamanclaudio3.jpg

Tag(s) : #Voyage
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :