Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka
4990) Namakia et Ampitsopitsoka

Namakia, Ampitsopitsoka, c’est le temps aventure du voyage.

Je rencontre ces deux mots, par l’intermédiaire de mon amie Asmine, originaire de Namakia.

On discute sur FB, le parcours se dessine comme une évidence.

On y va en taxi brousse, on revient en boutre, le rêve.

On voulait rajouter le lac Kikony, mais c’était trop long, pour le temps que nous disposions.

On balade un peu à Mahajanga avec la famille d’Asmine, petite plage, " le bord ", et tout va bien.
" le bord " est le spot rassemblement de Mahajanga.

Le matin du départ, à 6 heures, nous partons à l’embarcadère, une coque rapide est presque pleine, alefa et dépêche-toi vazaha.

Une heure et demie plus tard, nous sommes à Kapsety.

J’aime Kapsety.

Mahajanga est une ville, qui ne dépare pas le confort occidental.

Kapsety, de l’autre côté de l’estuaire, changement total, c’est le parfum aventure africaine qui prime, Mahajanga est à des années lumières.

Nous nous installons dans le remarquable hôtel de la place, avec son parc.
Les lémuriens sauvages, pas cons, rodent, pour le miam, miam.

Nous négocions un taxi brousse, tout est paré, place à nos envies…

 

Le lendemain le chauffeur est chagriné.

Vazaha, je ne pars pas, mais je t’ai trouvé une autre voiture.

Eeeee, non, tu m’as trouvé une vraie poubelle.

La marge de négociations est faible, il n’y a pas pléthore de véhicules.

Nous quittons Kapsety dans la poubelle, le trajet ne fait que 90 Kms, ça va.

La piste n’est pas mauvaise.
On remarque que les chinois entourent de fils barbelés sur des dizaines de kilomètres leurs acquisitions magouillées, leur permis de détruire une région, pour leur seul profit.
Un faible pourcentage revient aux impresarios politiques.
Le peuple continue de bosser, pour 5000 ariarys par jour.
Madagascar devient une colonie privée, dur sera le réveil…

Je ne suis pas véhément, une étude montre que Madagascar est le seul pays, non en guerre, qui ne réussit pas à s’enrichir.
Tous les essais sont vérolés par la corruption.


La crevaison arrive.
C’est normal, vu l’état des pneus et de la piste.
Ce qui est moins normal, c’est que la roue de secours est aussi crevée et que personne n’a de colle, pour les rustines.
On reste 5 heures tankés, je commence à gérer la bouteille d’eau.

On arrive à Namakia.

C’est la première fois que je vois ça à Madagascar et, eeeee, de ma vie aussi.

Namakia est un village qui vit grâce et pour l’usine sucrière.

Tout appartient à l’usine.

Je vis le Germinal malgache.

L’impression est bizarre, c’est grave docteur.


Balade dans Namakia, c’est vite fait, match de foot, blas, blas, blas avec les amies d’Asmine.
Deux jours passent, nous préparons notre départ, pour Ampitsopitsoka, à 9 Kms de piste, jusqu’à la mangrove, ensuite deux heures de pirogue, pour le village de pêcheurs.

Ampitsopitsoka, c’est la surprise féérique du voyage.

Il n’y a rien, sauf la vie simple de tous les jours et ça me va.

Tu ne visites pas Ampitsopitsoka, tu vis et c’est essentiel.

Nous passons 5 jours ici à promener, balawasser, baigner, jouer aux dominos, au frisbee, chercher un boutre, pour repartir à Mahajanga, à 6 heures de mer.

Ce jour est là.
Nous partons avant la marée basse, à 7 heures le matin.

Comme tous les engins qui utilisent le vent, nous partons dans le mauvais vent.

Un boutre n’est pas maniable.
Face au vent, on se sert du moteur.

Derrière l’île qu’on traverse, la dévente est favorable, nous hissons les voiles…

Après le passage du phare, qu’on aperçoit " du bord ", nous arrivons à la voile, au soleil déclinant, à Mahajanga et ça le fait grave.

 

C’est la fin d’une aventure, wawaou, vivement la suivante.

Ce soir, c’est gros repas et mojitos times…

Au retour à l’hôtel, il y a des vagues en bord de route ;-)…

 

Dernière minute : en avant première, mes deux premières vidéo du Madagascar 2017, ci-dessous

 

Tarifs du voyage pour 1 € = 3520 ariarys
Mes hôtels sont catégorie moyen, je signale le nom, s’ils sont mauvais, je le dis, sinon, je ne dis rien…

 

Coque rapide Mahajunga – Katsepy, 5000 ariarys

Taxi brousse, Katsepy – Namakia, 100000 ariarys en spécial

Taxi brousse, Namakia – mangrove, 20000 ariarys

Pirogue, mangrove – Ampitsopitsoka, 35000 ariarys

Hôtel Mahajanga, chez tranquille, 50000 ariarys

Hôtel Katsepy, annexe de chez Chabaud, 40000 ariarys
Hôtel Namakia, c’est roots, 15000 ariarys

Hôtel d’Ampitsopitsoka, terriblement génial, 20000 ariarys

Petit dèj, 3000 ariarys

Repas de midi, 8000 ariarys

Repas du soir, 12000 ariarys

1,5 L eaux vives, 6000 ariarys

Tag(s) : #Voyage
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :