Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…
4533) Mahajanga, délire cinématographique…

Le salaire de la peur, un taxi pour Tobrouk, cent mille dollars au soleil, c'est un genre cinématographique qui me plait : des anarchistes fleurs bleues, en rupture de société, largués dans des endroits improbables…
Je suis à Mahajanga, pour un but précis.
Je veux trouver un véhicule ou un bateau, pour Maintirano, voir ici.

Bêtement, je suis fixé sur le bateau. 
J’en oublie de demander un impossible ? Véhicule 4*4…


Je déniche l’agence maritime du cargo : Kéa Nissos. 
Il fait, théoriquement, la liaison une fois tous les 15 jours.

Chance, il y a un départ dans 3 jours, je m’inscris.
Tout content, je vais au port, voir MON bateau.
Les marins, très sympas : non vazaha, on ne partira pas dans trois jours…
Je retourne à l’agence affréteuse.
Vazaha, les marins ont dit le discours officieux, que je n’ai pas le droit de dire...
Revenez tous les jours…

Pendant 12 jours, tous les jours, je passe à l’agence puis au port... 
Tous les jours, le cargo est une chimère qui navigue partout, sauf à Maintirano…

Mon voyage se termine. 
La saison des pluies arrive.
Les boutres font actuellement du Nord, je vais au Sud 
Maintirano est dans un endroit enclavé et humide, peu compatible à une urgence. 
Il faut que je mette une date butoir, en fonction de ma date de fin de voyage…

Je la fixe, c’est Emilienne et son adresse Facebook qui va être contente…
Mahajanga – Morondava, par la côte ?
Je reviendrai, pour finir mon tour de l’île de Madagascar, par les côtes et en transport local, je vagabonde certes, parfois j'aime challenger…

Cette fin de voyage, sur un pseudo échec, m’a permis de vivre une aventure de type salaire de la peur, un taxi pour Tobrouk, cent mille dollars au soleil, voir de romans policiers " barbouzant "…
Chaque matin, je file à l’agence et au port, puis je vais petit déjeuner dans un rade…
Rapporter à un film ou un roman, ça pourrait donner ça :
" Vazaha, repasse demain…
Déprimé, je sors de l’agence et retrouve mon rade de désespoir et son ventilo poussif.
Comme chaque jour, elle est assise au fond du bar, devant ses trois samos et un chocolat tiède.
Ça robe, achetée à la friperie, bien qu’usée lui va à merveille. 
Cette fille à la classe coquette, de la secrétaire d'une autre vie.

Ces yeux pleins d’amours désabusés attendent.
Il n’y a pas de lassitude chez elle, juste la fatalité.
Qu’attend-elle ?
- le marin en escale
- l
e desperado en attente
comme moi, le Kéa Nissos
- le retour de ses rêves

Je ne le sais pas. 
Nous sommes, à deux tables l’un de l’autre. 
Elle sait, que je sais. 
Je sais, qu’elle sait et ça nous suffit, quand nos regards se croisent…

Ah quoi bon entamer une nième aventures, alors que nos chemins diffères. 
Notre liaison matinale garde ses mystères.
Ca me comble, malgré la perfection de ses courbes attirantes, tout autant que la sensualité de son coeur…

Quand même :
j’aimerai connaitre son prénom, que le love en pendentif ne dévoile pas
j’aimerai connaitre
j’aimerai connaitre
- j'aimerai connaitre

Notre pudeur est romantique, demain je pars en taxi brousse, abandonnant mon projet initial, abandonnant la princesse itinérante...
Sera-t-elle là l’année prochaine… "
MDR, j’adore les polards et les robes moulantes, laissant apercevoir les fourreaux soyeux…

Voilà mon aventure " mahajungaise " et l’attente d’un hypothétique départ.
C’est la première fois, que je vis ça. 
J’ai trouvé cette attente subtile. 
Pour un voyageur, je ne voyage plus. 
Je rentre dans le ronron de la résidence. 
Mon intérêt n’est que le départ du Kéa Nissos. 
Je m'en suis fait un film.

J’ai été d’une grande patience. 
La patience et la diplomatie ne sont pas, le meilleur trait de mon caractère, le délire et la rigolade si…


Je prends plaisir aux effets de style, j’espère que c’est pareil pour vous…

Tag(s) : #Voyage

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :