Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

4517) La route côtière, Fort Dauphin – Anakao…
4517) La route côtière, Fort Dauphin – Anakao…
4517) La route côtière, Fort Dauphin – Anakao…
4517) La route côtière, Fort Dauphin – Anakao…
4517) La route côtière, Fort Dauphin – Anakao…
4517) La route côtière, Fort Dauphin – Anakao…
4517) La route côtière, Fort Dauphin – Anakao…
4517) La route côtière, Fort Dauphin – Anakao…
4517) La route côtière, Fort Dauphin – Anakao…
4517) La route côtière, Fort Dauphin – Anakao…
4517) La route côtière, Fort Dauphin – Anakao…
4517) La route côtière, Fort Dauphin – Anakao…
4517) La route côtière, Fort Dauphin – Anakao…
4517) La route côtière, Fort Dauphin – Anakao…
4517) La route côtière, Fort Dauphin – Anakao…
4517) La route côtière, Fort Dauphin – Anakao…
4517) La route côtière, Fort Dauphin – Anakao…
4517) La route côtière, Fort Dauphin – Anakao…
4517) La route côtière, Fort Dauphin – Anakao…
4517) La route côtière, Fort Dauphin – Anakao…
4517) La route côtière, Fort Dauphin – Anakao…
4517) La route côtière, Fort Dauphin – Anakao…
4517) La route côtière, Fort Dauphin – Anakao…
4517) La route côtière, Fort Dauphin – Anakao…
4517) La route côtière, Fort Dauphin – Anakao…
4517) La route côtière, Fort Dauphin – Anakao…
4517) La route côtière, Fort Dauphin – Anakao…
4517) La route côtière, Fort Dauphin – Anakao…
4517) La route côtière, Fort Dauphin – Anakao…
4517) La route côtière, Fort Dauphin – Anakao…

Pour longer la côte Sud, il n’y a pas de camion brousse.
Les camions brousses passent plus au Nord.
Dans le grand Sud, il y a :
- soit des collecteurs de langoustes
- soit des voyageurs individuels

Ce n’est pas la saison de la langouste…
Je n’arrive pas à squatter un 4*4, avec un voyageur individuel...
Dans les restos, à l'hôtel, j'informe les gens, sur mes intentions...


On frappe à la porte de mon hôtel.
Vazaha, je pars chercher des gens à Tulear, je peux t’emmener.
Les négociations commencent.
J’arrive, grâce à un supplément, à lui faire prendre la piste grand Sud.
Il exige que je paie le retour, alors qu’au retour, il est plein.
Il sait que je rêve de cette route.
Je regarde les pneus, les goujons, le démarreur et top là, affaire conclue…


Je ne regrette pas l’investissement.
Trois jours d'une piste fabuleuse, roulante, technique.
Pousser 250 chevaux, pour traverser un gué ensablé et finir en trialisant la berge, ben c’est chaud patate.

J’ai eu la chance d’aller à Cap St Marie, le bout du bout Sud de Madagascar.
C’est toujours émouvant de voir le bout du bout… Sans allusion grivoise hein.
Je connais les deux bouts de Madagascar, le cap Ambre au Nord et le cap St Marie au Sud.

Je remarque la séparation nette, entre l’océan Indien et le canal du Mozambique.
J’aperçois au loin, le souffle d’une baleine.
L’étape du soir ce fait à Lavanono et son arrivée spectaculaire.

Le lendemain, on parcourt une succession de pistes en sable, traversées de gués. 
On croise une multitude de charrettes à zébu.

Ils vont chercher de l’eau.
Une image me traverse l’esprit.
Le lénifiant feuilleton : la petite maison dans la prairie. 
Quand l’acteur dit, juché sur sa charrette à bœuf : merci seigneur, de cette eau limpide…

En voyant les Antandroys, l’ethnie du Sud, j’ai l’impression que ce sont les oubliés du seigneur.
Par contre, oui ça fait de belles photos, que l’on regarde un mojito à la main…
Les différences de richesses, quand elles font le grand écart inter sidérale, me déplaisent.
Je ne veux pas entendre la réflexion bobo dire : la vraie richesse est ailleurs…

La vraie richesse est un partage entre amis certes, mais avec un mojito glace pillée à la main, comme une image subliminale…

Après un parcours riche, nous arrivons à Itampolo.
C'est u
n vrai coup de cœur.
Village de brousse, posé en bord de mer, il vit autonome, voir oublié, sans l'aide de personne, c’est somptueux.
Balade sur la plage, balawassage avec les gens, j’assiste à une scène magique :
4 personnes poussent une pirogue à la mer et partent...
Au retour, une heure après, ils ont 3 carangues et deux thons, pour accompagner le riz et faire manger la fratrie.

Le jour suivant, c’est l’arrivée à Anakao, après une pose à Belehoka.
Belehoka,  je n’ai pas de mot, j’y retournerai, très bientôt.
Après une bière, l
e chauffeur part chercher ses clients. 
J’attends mes piroguiers, pour partir sur d’autres aventures…


Tarifs pour un € à 3480 ariarys, je ne fais pas les divisions :

- hôtel Lavanono : 30000 ariarys
- hôtel Itampolo : 61000 ariarys
- hôtel Anakao : 52000 ariarys
- 4*4 brousse pour trois jours et 2 jours de retour : 1400000 ariarys
- petit déjeuner : 4000 ariarys
- repas : entre 12000 et 27000 ariarys, à 27000 ariarys, il y avait des langoustes
- 12 bouteilles d’eaux vive de 1,5 L : 26000 ariarys
- 10 samos : 2000 ariarys
- bonbons : 2500 ariarys

Tag(s) : #Voyage

Partager cet article

Repost 0