Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Comme la vidéo ci dessous, cette partie de pêche, je l'ai vécu à Ramena
Comme la vidéo ci dessous, cette partie de pêche, je l'ai vécu à Ramena
Comme la vidéo ci dessous, cette partie de pêche, je l'ai vécu à Ramena
Comme la vidéo ci dessous, cette partie de pêche, je l'ai vécu à Ramena
Comme la vidéo ci dessous, cette partie de pêche, je l'ai vécu à Ramena
Comme la vidéo ci dessous, cette partie de pêche, je l'ai vécu à Ramena
Comme la vidéo ci dessous, cette partie de pêche, je l'ai vécu à Ramena
Comme la vidéo ci dessous, cette partie de pêche, je l'ai vécu à Ramena
Comme la vidéo ci dessous, cette partie de pêche, je l'ai vécu à Ramena
Comme la vidéo ci dessous, cette partie de pêche, je l'ai vécu à Ramena
Comme la vidéo ci dessous, cette partie de pêche, je l'ai vécu à Ramena
Comme la vidéo ci dessous, cette partie de pêche, je l'ai vécu à Ramena

Comme la vidéo ci dessous, cette partie de pêche, je l'ai vécu à Ramena

La vie sur la plage est une expression récurrente, sur ce blog.
Deux raisons :

- il y a une vraie vie sur la plage et je veux, vous la faire découvrir
- la plage ennuie l’équitabolo bobo écolo sarouel, pour qui la plage a une connotation du beauf, du rien faire, pire du bronzage
Provoquer un équitabolo bobo écolo sarouel n’a pas de prix.

Ce dimanche, on est donc à Ramena, la magnifique plage, de la baie de Diégo.
Certains, devinez qui, diront, qu’il y a la luxure.
Je dirais : 
- c’est un village de pêcheurs, qui c’est aussi, ouvert au tourisme
- c'est la plage traditionnelle des diegolais le dimanche, dans une superbe ambiance.


J’ai eu l’occasion d’être invité à une partie de pêche.
C’est monstrueusement fatigant.

Les pêcheurs forment des groupes.
Chacun connait son rôle.
Comme partout dans le monde, la pêche est partagée, le bateau a sa part.
A la fin de la pêche, les particuliers se mélangent aux collecteurs.
Comme les maquignons français, une tape dans la main scelle le contrat.

Le spectacle de la pêche est réservé aux lève-tôt.
Dommage, à Ramena, c’est le couché de soleil qui est beau, ça fait de grandes journées photographiques…

En regardant la vidéo, on s’aperçoit que la féerie ombres et lumières est quand même présente.
Dans vos voyages, maintenant que vous êtes un adepte du rien faire, incluez la plage, c'est un endroit, où l’instant T déclenche à tous les coups…

Aux équitabolos bobos écolos sarouels qui pensent que les malgaches raclent les fonds, je raconte deux histoires :
- au large de la baie de Diego, au large de l’île St Marie, les bateaux japonais mais aussi des mousquetaires de la distribution, pillent les fonds, grâce à la négociation d’accords douteux, pour rester diplomate
- je cherche à acheter du poisson, un pêcheur me glisse : vazaha Pierre, pas de langoustes en ce moment, c’est interdit, elles font zizipanpan…
Ce sont des pros, ils ne font pas n’importe quoi ou du moins, ils régulent logique.

La vie sur la plage, un vrai bonheur simple et authentique, ça craint.
Ca craint ?
Simple et authentique, c'est la devise équitabolo bobo écolo sarouel.
Pour eux c'est une chimère inaccessible.
Elle ne peut être vendu, que dans le packaging voyage organisé, connoté aventure ethnologie, Indiana Jones.
J'en suis
mdr, lol, ptdr et même plus.


Dernère minute à suivre de très près.

Baie de Sakalava, à côté de Ramena, paradis du kit surf...

Tag(s) : #Voyage

Partager cet article

Repost 0