Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je renouvelle ma période philosophie ou pragmatisme.
Je suis binaire, j’évolue par vague.
Hier, je vous parle, que j’aimerai que le philosophique prenne le pas sur le pragmatisme, dans un exemple que j’espère exemplaire.
Aujourd’hui, je propose une histoire contraire, ou le pragmatisme prend le pas.

Jean Louis Aubert déclare, au sujet des restos du coeur : oui, les artistes font leurs promotions, c’est comme ça depuis le début, c’est le prix à payer, pour que les Restos du cœur fonctionnent.
Au premier abord, cette phrase est provocante et même écœurante.
Cependant, que désire les restos du cœur ?
Ils veulent du flouze, du pèze, de l’artiche, du pognon en un mot : des soussoutos, pour mener à bien une idée.
Les artistes, par leurs auras médiatiques, arrivent à lever des fonds.
Qu’ils en retirent une valeur sympathie, pour leur carrière, ne me choque pas, plus exactement, ne me choque plus.

Pour Madagascar, j’ai monté deux ONG :
- Communication Sans Frontière, le site n'est plus en ligne
- In vaovao, 1000 et 1 entreprises, qui est aussi relayé par un blog
Je sais faire des sites.
J’investis mon temps et ma matière grise.
Je lance deux sites, pour ces ONG.
Je médiatise, pour lever les fonds.
Je me débats dans une conjoncture difficile.
Je me débats dans mon manque de carnets d’adresse et d’aura médiatique.
Je suppose mon projet bon :
- un cardinal, archevêque de Lyon, m’a soutenu fortement, il a débuté sa carrière à Madagascar
- la Mairie de Lyon m’a invité à un tour de table, le président d’une très importante ONG a passé son temps à me pourrir…
Par peur ?
Résultat, je n’ai pas levé les soussoutos nécessaire.

Ca m’a fait comprendre plusieurs choses :
- toutes les idées sont bonnes et évidentes
- c’est vendre les idées, qui est difficile.
- c’est non pas la meilleure, des meilleures idées qui gagne, mais le meilleur vendeur.
- la finalité de l’ONG est en amont, de la levée de fond, le reste n’est que du management technique, qui demande des qualités élémentaires, pour ce type de projet.

On peut affirmer, que le pragmatisme financier est leader, pour la réalisation philosophique d’une idée noble.
Dans les rues piétonnes des grandes villes, de nombreux travailleurs précaires ou d’étudiants, vendent de l’ONG, sur un schéma marketing précis.
Un jour, c’est pour Y, un autre jour c’est pour X.
L’entreprise employeuse n’a rien à voir avec l’ONG, elle prend un % sur recette.
Comme dit plus haut, au début, je suis choqué, pensant à la chevalerie du geste, l’ONG fait tout de A à Z, quitte à partir, comme moi, à l’échec, si le A ne déclenche pas.
Ces affirmations dévoilent un défaut de mon caractère, j’aime tout faire et je n’ai pas de souplesse diplomatique, c’est un euphémisme.

Les Restos du Cœur et toutes les grandes causes humanitaires l’ont bien compris.
Il laisse faire un dérapage philosophique, pour mieux récolter l’argent et FAIRE.
L’honneur est sauf, le but est atteint et même mieux.

Je suis viscéralement attaché et croit au philosophique.
J’aime quand le pragmatisme vient philosopher avec le philosophique en provocation.

Ce qui prouve que, dans les réflexions de l’article d’hier, la frontière est fragile, entre les deux antagonismes.

3975) Philosophie ou pragmatisme, la générosité c’est quoi ?
Tag(s) : #Opinions

Partager cet article

Repost 0